Accueil
Bienvenue
Les Communes
Le petit Train
Histoire de Vosgiens
Oiseaux de chez nous
Météo
Obersteigen
Histoire
La Chapelle
41 Cartes postales
Wangenbourg
Histoire
Le Château
145 Cartes postales
Engenthal
Le Procès du Curé
39 Cartes postales
Freudeneck
Le Château
12 Cartes postales
Vie communale
Potins
L'Avent
Associations
Contact
Calendrier Jours Fériés
Séjours
Restaurants
Hôtels
Hébergement & Gîtes
Ballades & Sites à visiter
Divertissement
Quiz gourmand
Glossaire gourmand
Chapelle de l’Assomption de la Vierge XIIIème siècle
Particularités architecturales
  Placer le pointeur sur les mots en gras et italiques pour des explications plus détaillées
 
La chapelle Sainte-Marie-de-l'Assomption, classée aux Monuments historiques en 1862, est un édifice en grès datant du XIIIe siècle et faisait partie du monastère d'Obersteigen dont sont encore visibles le réfectoire, une tour de guet ainsi que l'ancienne maison du prieur.
Chapelle d'Obersteigen
De dimensions modestes, l'ancienne église conventuelle d'Obersteigen, dédiée à I'assomption de la Bienheureuse Vierge Marie se compose d'une nef unique de trois travées et d'un choeur à cinq pans d'octogone.
Malgré un portail occidental et des fenêtres en plein-cintre, elle n'est plus vraiment un édifice roman mais constitue un jalon important dans la pénétration de l'art gothique en Alsace. Des éléments témoignent d'une volonté d'articulation: double ressaut et couronnement en bâtière des contreforts (les horribles contreforts du pignon occidental sont dus à une modification ultérieure), colonnettes baguées aux ébrasements du portail et des fenêtres de la nef.
Ces colonnettes ont des chapiteaux à crochets, qui sont bordés de frises de diamants au portail. On retrouve ces colonnettes, ces chapiteaux et la même ordonnance du portail (rouleaux de l'archivolte retombant, de chaque côté, sur trois colonnettes) dans diverses constructions de la région, notamment à Neuwiller-lès-Saverne: église Saint-Adelphe (colonnettes et chapiteaux), église Saints-Pierre-et-Paul (colonnettes et portail nord), salle capitulaire (chapiteaux). A l'intérieur des faisceaux de colonnes, aux chapiteaux à feuillages ou à crochets, reçoivent les doubleaux en tiers-point et les nervures des croisées d'ogives, dont le profil se retrouve également à l'église Saint-Adelphe et à la salle capitulaire de Neuwiller.
En 1759, par crainte d' un éboulement, on supprima les deux premières voûtes de la nef, remplacées par un plancher. Les deux premières travées ont retrouvé leur voûtement primitif, remplacé en 1759 par un solivage, à l'occasion de la restauration menée par Emile Boeswillwald de 1861 à 1870 et par Charles Winckler de 1870 à 1874.
Alors que les archéologues, dans leur ensemble, considéraient avant lui que l'église d'Obersteigen avait été construite sous l'influence directe du chantier du croisillon sud de la cathédrale de Strasbourg, Roland Recht estime que "tout ce qui est gothique en Alsace n'est pas forcément passé par le chantier de la cathédrale".
L'église d'Obersteigen semble, en effet, avoir été construite avant l'installation de l'atelier du croisillon sud; en outre l'apport de modèles étrangers, maintes fois cité, n'est pas à rattacher forcément à cet atelier chartrain, mais peut-être à un courant bourguignon transitant par la Lorraine: la colonnette baguée à chapiteau à crochets est un élément "protogothique" provenant des constructions cisterciennes des alentours de 1200 et Obersteigen est situé au bord de la route menant de Lorraine à Strasbourg par les Vosges.
Vierge à l'Enfant Obersteigen

Dans l'église est conservée une Vierge à l'Enfant médiévale. Le visage de la Vierge a été anciennement rapporté, selon Victor Beyer. On remarquera la silhouette hanchée, la chute des plis du manteau, le geste confiant de l'enfant qui pose une main sur l'épaule de sa mère; l'autre main serre un oiseau.
En revanche, la polychromie paraît récente, aucune trace de peinture ancienne n'étant décelable; tout porte à croire, en effet, que la statue a subi un décapage total suivi d'une remise en peinture à même la préparation de craie. Le style de cette sculpture affecte une certaine rusticité qui rend malaisée sa datation à l'intérieur du XIVème siècle.

Outre la Vierge à l'Enfant, l'église d'Obersteigen renferme des parties de l'ancien maître-autel. Celui-ci, déposé au cimetière en 1859, avait été remis en place sur l'insistance de la Société pour la conservation des monuments historiques d'Alsace. Menacé une nouvelle fois en 1906, il fut muni d'une superstructure néo-gothique. Les éléments anciens actuellement conservés, sont la table et le bloc, contemporains de l'église, décorés d' arcatures romanes.
Ils constituent un exemple, unique en Alsace, d'autel du début du Xlllème siècle.

Portail Obersteigen

Même si, dans son aspect central, l'église d'Obersteigen évoque encore un édifice roman et si l'introduction de l'esprit gothique, touchant les formes mais non les structures, manque d'audace, la diffusion de ces formes gothiques sur des chantiers de la région (Neuwiller-lès-Saverne, Marmoutier, Saint-Georges de Sélestat) dans les années 1220 - 1225, dit assez l'importance de cette construction dans l'histoire de l'architecture alsacienne.

De l'ensemble conventuel, démoli en 1824, subsistent actuellement deux bâtiments qui occupent le côté ouest de l'ancien cloître.

L'un, au sud, a été converti en résidence secondaire; l'autre, qui a été utilisé comme grange au cours des récentes décennies, a été restauré et abrite actuellement une exposition sur l'Histoire des débuts du monastère qui peut être visitée sur demande à l'Office de Tourisme ou en s'adressant au 2 rue de la Chapelle (sur place).

Chapelle Obersteigen

L'orgue a été construit en 1880 par la Maison Stiehr-Mockers, et il est resté très authentique. L'instrument fut reçu le 15/08/1880, et le devis, vu par Louis Ginter, décrit la composition actuelle.

Depuis, à part la façade, tout l'orgue est resté authentique, sauf le Violoncelle, qui avait disparu dans les années 1960, et qui fut remplacé par un 4 pieds avant 1986.
La Composition de cet orgue est fort voisine de son contemporain de Bretten : le fondement est le même, mais il n'y a pas ici de Fourniture-Tierce, et l'Anche de détail est réduite à un seul Dessus de Hautbois.

En 1987, l'instrument a été relevé par Gaston Kern.

Choeur Obersteigen
Ce bâtiment se compose, du coté ouest, d'un vestibule et du coté nord, de deux niveaux superposés, celui du bas ayant servi de cave et ou de cuisine; dans le passé, il était percé de meurtrières.

L
e niveau supérieur, éclairé par de hautes fenêtres rectangulaires à meneau central et banquettes dans les ébrasements (comme on en voit sur le pignon nord), devait abriter un vaste réfectoire ouvert aux voyageurs. Les encadrements des fenêtres et les chaînes d'angle sont munis de trous de louve, indice qui semblerait corroborer la date du XlIlème siècle pour l'érection du bâtiment.
Deux inventaires, dressés en 1507 et en 1512. lors de l'arrivée et du départ des chanoines d'Ittenwiller nous renseignent sur la destination des locaux.
Le niveau supérieur de l'aile septentrionale était occupé par le "Grosser Saal" (réfectoire), subdivisé pour l'aménagement de la Konventstube (salle capitulaire?). Le chauffage était assuré par une cheminée monumentale, dont les montants et des fragments de la hotte sont encore conservés dans le mur ouest. L'aile occidentale a plus souffert que l'aile septentrionale.
La partie qui en reste, adjacente à l'angle nord-ouest de l'autre aile, a conservé, sous l'appentis accolé à l'Ouest, une porte en plein-cintre, qui a été murée. En raison de la déclivité du terrain, cette aile ne comportait pas de cave.
Les inventaires du XVIème siècle y situent la cuisine et ses annexes. On constate que la distribution intérieure des bâtiments, si l'on ajoute à ceux que nous venons d'évoquer l'aile orientale avec le dortoir, est conforme à celle des constructions monastiques du Xlllème siècle.

On remarque à l'extérieur, à l'angle nord-ouest du bâtiment, le départ de l'arc d'une porte qui permettait l'accès au domaine agricole du monastère, situé au Nord de l'ensemble claustral.